NUCLÉAIRE : LES ARGUMENTS DU DÉBAT

Le XXIème siècle sera-t-il nucléaire ? Et si oui, dans quelles proportions et doit-on  s’en réjouir ou s’en inquiéter? C’est à ces questions que répond,  dans un contexte évidemment « marqué » que parait cet atlas, conçu et rédigé par l’un des meilleurs connaisseurs – et pédagogues – français du sujet.

Bruno Tertrais, politologue, maître de recherches à la Fondation pour la Recherche Stratégique, a en effet été Directeur de la Commission des affaires civiles de l’Assemblée de l’OTAN, puis chargé de mission auprès du directeur des affaires stratégiques du MinDef, et membre des Commissions des Livres blancs sur la Défense et la Sécurité nationale et sur la Politique étrangère et européenne. Il est aussi l’auteur de nombreux ouvrages sur la géopolitique du nucléaire, de l’Atlas militaire et stratégique (présenté dans notre cahier n°13), de L’Arme nucléaire et du Marché noir de la bombe.

Dans cet atlas très soigné, que l’on peut lire ou aborder par thème ou par chapitre, Tertrais et son complice Alexandre Nicolas (officier cartographe et géomaticien*), nous explique pourquoi « le nucléaire » (une expression qui n’existe d’ailleurs qu’en français…) « fascine et effraie » à la fois, nous rappelle les termes et les arguments « pour et contre », nous présente très clairement (enfin !) les principales notions scientifiques et techniques (fission et fusion, cycle nucléaire, enrichissement, retraitement, sécurité et sûreté, gestion des déchets), les principaux acteurs mondiaux, civils et militaires, publics et privés, ; les usages civils et militaires de la technologie nucléaire, et le fonctionnement des armes nucléaires actuelles.

La géopolitique du nucléaire fait évidemment l’objet de plusieurs chapitres, eux aussi très complètement et clairement illustrés de cartes et de schémas instructifs. Tertrais y démontre pourquoi et comment les enjeux du nucléaire civil et du nucléaire et de défense « relèvent de problématiques  différentes et doivent donc être abordés et discutés comme tels. Les dossiers « chauds » de la « tentation nucléaire au Moyen Orient », des « risques nucléaires pakistanais », « du trublion nord-coréen » et de l’Iran au seuil du nucléaire » y sont aussi ouverts, sans tabou.

Cet ouvrage serait incomplet s’il ne répondait pas encore aux défis futurs du nucléaire : comment saurons-nous, collectivement ou pas, faire face sans lui à l’accroissement de nos besoins de pays développés et surtout à ceux des pays encore en développement ? Pourrons-nous limiter – et comment ?, les risques de prolifération ? Les progrès dans la connaissance de la fusion et de sa maîtrise annoncent-ils la mise au point « d’une source d’énergie quasi illimitée » ?

En posant sérieusement de bonnes questions, on trouve souvent de bonnes réponses. Ici, sans trancher tout à fait, sont ainsi exposés lucidement (sans complaisance) et sereinement (sans catastrophisme) les vrais enjeux du débat, et nombre de nos préoccupations y trouvent sinon des solutions définitives (s’il en existe), tout au moins de solides arguments de réflexion. Entre autre, sur l’épineux défi de concilier croissance du nucléaire civil et contrôle de ses applications militaires, développement énergétique et prolifération.

Sans jouer à se faire peur.

* http://www.le-cartographe.net/

Atlas mondial du nucléaire, civil et militaire, de Bruno Tertrais, aux éditions Autrement. 80 pages au format 17 x 24,5 cm. Photos, graphiques et cartes (d’Alexandre Nicolas) en couleur, glossaire, bibliographie et sitographie, annexes. 17 €. ISBN 9782746714533.

 


Date: juin 27th, 2011 | Catégorie: Notes de lecture, Prévention et gestion des risques, Relations internationales et mondialisation, Sciences et techniques | Aucun commentaire »